Skip to content

Le contexte Canadien de la chaîne d’approvisionnement: Ce que vous devez savoir

Le transport et l’entreposage de matières premières et de produits finis au Canada comportent leurs propres défis et opportunités. Dans cet article, nous donnons quelques informations rapides sur le Canada, décrivons les problèmes spécifiques de gestion de la chaîne d’approvisionnement que les expéditeurs canadiens peuvent rencontrer et offrons des conseils sur les meilleures pratiques d’expédition dans un pays qui partagent une frontière de 5525 milles ou 8892 kilomètres avec les États-Unis.

Canada

Faits saillants

  • Il est le 2e plus grand pays du monde en masse terrestre
  • Il est la 10e économie mondiale
  • 36.5 millions d’habitants
  • Il s’étend sur 6 fuseaux horaires
  • 85% de la population vit à moins de 150 milles ou 241 kilomètres de la frontière américaine
  • Il comprend 5 grands centres urbains : Toronto, Vancouver, Montréal, Calgary et Edmonton
  • Il s’y est dépensé $45-55 milliards en transport en 2015, excluant la valeur des marchandises
  • 90% des biens de consommation y sont transportés en camion
  • 900 mille Canadiens travaillent à la chaîne d’approvisionnement (de ceux-ci 1.5% sont des chauffeurs de camion)
  • Le commerce interprovincial est estimé à $170 milliards (2016)
  • Les échanges par transport routier entre les États-Unis et le Canada ont dépassé $380 milliards (2016)
cedricmillar-global-map-5

Les défis du transport canadien

Le Canada est le deuxième plus grand pays au monde en superficie et nos cinq principaux centres urbains sont séparés par des milliers de milles (km). Le 15% de la population qui ne vit pas dans ces villes, est localisé en zone rurale. Le lieu situé le plus au Nord et peuplé en permanence est à 508 milles ou 818 kilomètres du pôle nord, et se trouve au Canada (Alert, Nunavut). La voie de transport principale vers Terre-Neuve nécessite un service de traversier alors que l’île de Vancouver n’est accessible que par traversier ou par avion.

 

Recours au transport par regroupement et de charges partielles (LTL).Notre population clairsemée, répartie sur des milliers de milles (km), exige des expéditions de plus petite taille et une dépendance accrue sur le transport par regroupement. Le LTL peut-être coûteux et les temps de transit peu fiables, en particulier dans des scénarios transfrontaliers, ce qui peut entraîner le mécontentement de clients, des amendes et des pénalités.

 

Emballage bilingue. Les deux langues officielles du Canada (français et anglais) doivent figurer sur les emballages des produits vendus au Canada. Cela signifie que les fabricants américains qui produisent des biens pour le marché canadien peuvent les placer en fin de production, entraînant un déséquilibre des expéditions et une instabilité pour le consommateur canadien. Les conséquences sont des coûts de chaîne d’approvisionnement plus élevés.

 

Règlements. Les États-Unis ont été fortement touchés par la réglementation sur les enregistreurs électroniques (ELD) entrés en vigueur en décembre 2018. Ces mêmes règles devraient entrer en vigueur au Canada à compter de décembre 2019.

La réglementation en matière de transport de matériel dangereux est légèrement différente dans les deux pays. Au Québec, il existe des restrictions spécifiques de poids pour le transport par camion pendant le gel et le dégel printanier. La leçon est simple : il est sage de se familiariser avec les différentes règlementations et leur application dans chaque pays. En fait, c’est la loi.

 

Le transport transfrontalier de marchandises. Un certain nombre d’organismes de réglementation doivent être considérés. Il existe des documents obligatoires pour le dédouanement qui peuvent inclure un certificat et un permis de libre-échange. Les importations sont régies par l’ASFC (Agence des services frontaliers du Canada) au Canada et CBP (Customs and border Protection) aux États-Unis. Selon le type de marchandises transportées, l’ACIA (Agence canadienne d’inspection des aliments), l’USDA (Département de l’agriculture des États-Unis) ou la FDA (Food and Drug Administration) pourrait avoir leurs mots à dire.

 

Pénurie de chauffeurs. C’est un défi aux États-Unis comme au Canada, mais il convient de noter que les gestionnaires de transport ne peuvent pas échapper aux effets et conséquences produites au nord de la frontière.

 

Rémunération des chauffeurs. Les expéditions transfrontalières peuvent entraîner de longues attentes à la frontière. Les conducteurs payés au mille (km) n’auront aucune envie d’assumer des chargements transfrontaliers. Si votre entreprise est impliquée dans des expéditions à chargements à escales multiples entre le Canada et les États-Unis, ou l’inverse, il serait peut-être sage de repenser la rémunération des chauffeurs payés au mille (km).

Meilleures pratiques d’expédition au Canada

Il serait injuste et inexact de dire que le Canada donne un accueil froid ou ignore  quiconque devant transporter des matières premières ou des produits finit. Notre expérience a démontré qu’il existe des opportunités clés pour créer de l’efficacité se traduisant par des économies de coûts importantes et de l’amélioration au niveau du service.

Améliorez votre technologie. Si votre système de gestion des transports ne peut pas vous donner une visibilité complète de votre chaîne d’approvisionnement et de ces coûts associés, à la fois au quotidien et au niveau macroscopique, il est temps d’investir dans un nouveau système. Sans un logiciel de gestion de transport (TMS) robuste et intégré, vous ne disposez pas de l’information nécessaire pour éliminer le gaspillage dans votre chaîne d’approvisionnement.

Comprenez les coûts. Lorsque vous avez le bon logiciel de gestion de transport, vous pouvez analyser attentivement les chiffres. C’est parfois un exercice pénible, mais qui ne se donne pas la peine ne gagne rien. Commencez par les dépenses de transport de base, puis progressez vers les coûts plus complexes reliés aux services auxiliaires, au carburant, aux produits prépayés ainsi qu’aux amendes et pénalités.

Utilisez les données comme avantage stratégique. Commencez par déterminer vos indicateurs de performance clé, en fixant des objectifs réalistes et en établissant une base de référence. Puis suivez, analysez et passez en revue les données à intervalles réguliers pour voir où vous avez du succès et où vous devez mettre plus d’efforts. Les données doivent servir de base à la prise de décisions si l’objectif est l’amélioration continue de l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement. Évitez la paralysie de l’analyse en étant sélectif dans les données amassées et analysées.

Apportez des modifications à la manière dont vous expédiez. La consolidation des envois vous permet de combiner des envois de charges partielles (LTL) livrés au même endroit en envois TL consolidés. Le chargement collaboratif (également appelé regroupement) implique une collaboration entre plusieurs expéditeurs qui envoient des produits dans la même région. Ces deux stratégies libéreront des ressources, telles que des centres de distribution qui pourront être réduits ou réaffectés.

Soyez curieux. Un mot que l’on emploie très souvent à Cedric Millar Solutions Intégrées est « pourquoi »? Ne vous contentez pas du statu quo. Remettez tout en question. Cherchez de nouvelles idées venant de personnes et d’endroits improbables. Et récompensez les personnes qui ont partagé leurs idées.

Choisissez vos partenaires avec soin. Lorsque vous expédiez dans une juridiction qui ne vous est pas familière, il est raisonnable de travailler avec des experts en la matière qui comprennent le marché, les réglementations et les intervenants. Lorsque cette juridiction est le Canada, il est logique de travailler avec nous.

Prenez une longueur d’avance dans vos calculs grâce à notre analyse gratuite de la chaîne d’approvisionnement. Nous examinerons vos données et vous proposerons des solutions permettant de réaliser des économies de coûts, basés sur l’étendue de notre compréhension du contexte de la chaîne d’approvisionnement au Canada.